Justine Vérani

Justine Vérani est une policière marseillaise, brigadière-cheffe d'un « bureau des affaires spécialisées » qu'on ne retrouve pas dans les organigrammes de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône (DDSP). Elle est simple policière et a exécuté l'ordre de fausser mon affaire pour m'envoyer en psychiatrie. Elle a participé à mon arrestation et a suivi ma garde à vue sur deux jours.

 

Magali Mathias et l'intervention d'un avocat douteux dans une affaire de donation

[Temps de lecture : env. 6 minutes]

 

Ce qui va suivre peut sembler assez lourd, difficilement compréhensible, et on va en arriver à se demander pourquoi une petite sœur va recourir à un avocat pour réclamer 8.000 euros à son frère qu'elle sait en danger… La réponse est dans ce texte.

Magali Mathias est ma petite sœur.

 

La brigadière-cheffe Céline Viciana

Céline Viciana est la policière qui s'est fait mettre 3 jours en arrêt maladie, et après ses jours d'ITT, elle a porté plainte contre moi, m'a fait arrêter et placer en garde à vue, puis sous contrôle judiciaire, pour au final arriver dans quelques mois à me demander des dommages-intérêts.

Établissement d'un rapport faussé de psychiatrie

(Cet article vient détailler des faits expliqués sur la page relative à mon arrestation en septembre 2019.)

 

À l'occasion de ma garde à vue, une policière du Bureau des affaires spéciales (BAS) de Marseille va, avec un psychiatre, fausser les raisons de mon arrestation pour m'envoyer à terme en hôpital psychiatrique (pour l'instant, j'ai réussi à éviter ces pièges).

Le résultat est incroyable, je le résume en un tableau avant de détailler :