4 – Des personnes « en réseau » m'appliquent des sanctions

[Sommaire]
<< 3 - Une policière me menace de prison, moi, victime
>> 5 - Piège : on défonce ma porte puis la police tente de m'envoyer chez un psychiatre

 

Le 20 décembre 2012, en n'écoutant pas les menaces de prison à mon encontre, moi victime, qu'une policière avait proférées 6 mois plus tôt, je me rends au parquet d'Aix-en-Provence pour déposer un complément de dossier dans l'affaire de l'extorsion de 2008.

 

La convocation truquée par les services sociaux du département des Bouches-du-Rhône

Suite à ces affaires, je suis tombé au RSA, car je réponds, malheureusement maintenant, aux critères de pauvreté.

Le Conseil général des Bouches-du-Rhône, qui distribue ce montant, procède de temps en temps à des vérifications de critères, et c'est tout à fait normal. Si la personne sort des critères, elle perd le bénéfice du RSA.

Cette perte du RSA s'effectue en deux étapes, afin que le choc ne soit pas brutal : d'abord une sanction d'un retrait de 50 % du montant de l'allocation sur trois mois, puis, à la seconde sanction, le retrait total.

J'ai toujours répondu aux critères pour bénéficier de ce montant. Mais des gens au sein du département vont créer de fausses convocations pour que, ne pouvant pas m'y rendre, je sois sanctionné, à deux reprises.

La première sanction arrive dans les 2 semaines après que je me sois rendu dans les locaux du parquet d'Aix-en-Provence.

Une fausse enveloppe recommandée est fabriquée.par ces gens-là :

Fausse lettre recommandée

Pour celles ou ceux qui n'ont pas l'habitude de voir de (vraies) lettres recommandées, je détaille.

Une lettre recommandée valide, depuis des décennies, est toujours accompagnée d'un autocollant souvent collé sur la partie gauche de l'enveloppe et qui comprend un code-barres avec un chiffre, une lettre puis une série de 11 chiffres en clair. Exemple : 1A10701029118.

La lettre qui m'a été envoyée ne comporte pas ce code, mais un simple bandeau sur la partie droite de l'enveloppe où il est écrit « Recommandé ». Cette simple mention ne suffit pas.

Ensuite on remarque que la lettre est affranchie à 61 centimes, qui correspond à une simple lettre prioritaire. À l'époque le tarif d'une lettre recommandée avec accusé de réception dépassait les 4 euros.

Enfin, lorsque la lettre recommandée ne peut pas être remise, elle est conservée 15 jours au bureau de poste, le temps nécessaire pour que le destinataire aille la rechercher. Or cette lettre a été postée le 10 janvier 2013 et aurait été retournée seulement 4 jours plus tard, le 14 janvier comme l'atteste le cachet de réception du Conseil général…

Il s'agit clairement de la fabrication d'un faux recommandé.

 

Un contrôleur du Département va m'appliquer une sanction

Cet homme est Kamal Hatrouhou. Je ne l'ai jamais rencontré ni n'ai jamais eu affaire à lui avant cette date.

Le secrétariat du Conseil général va recevoir la convocation en retour avec la mention « non distribué ». Quand un tel pli arrive, la secrétaire elle-même prend l'initiative d'appeler le destinataire du pli et de voir pourquoi il n'a pas été reçu. Mais ça n'a pas été fait.

M. Hatrouhou sait dès le 14 janvier que je n'ai pas pu recevoir la convocation pour l'entretien prévu le 30, mais il va attendre le 30 janvier pour constater que je ne suis pas venu (et pour cause !), il va demander à une sorte de conseil de discipline que je sois sanctionné et il va obtenir ma sanction qu'il va me communiquer… à cette même adresse où je ne suis plus censé habiter.

Pas de reconvocation

Cet homme, je ne le connaissais pas. Il n'avait aucune raison de nourrir une quelconque animosité envers moi.

Quant au faux document, cette fausse convocation suivie d'une sanction, il y a un moment où il faut arrêter de « tourner autour du pot ».

Ouvrons les yeux : je fais clairement l'objet de mesures de rétorsion.

Ce même Kamal Hatrouhou va poursuivre en 2015 où il va faire croire que j'ai signé un document dans lequel je m'engageais à arrêter l'activité de ma société de programmation informatique… pour aller pointer au Pôle emploi. C'était là encore un deuxième faux document.

Cet homme opérait lorsque le Conseil général était aux mains du socialiste Jean-Noël Guérini puis a continué sous l'UMP-Les Républicains Martine Vassal. Cet homme est protégé, quand on voit le nombre de faux documents qu'il fait rien que dans mon affaire, je suis sûr qu'il fait ça également avec d'autres allocataires. Cette affaire va encore plus loin, mais je vais pour l'instant m'en tenir au premier semestre 2013.

 

L'« experte » auprès du tribunal dans le cadre de notre divorce et ses fausses déclarations relatives au rapt

Mon divorce s'est déroulé de 2012 à 2015. La juge aux affaires familiales (JAF) a sollicité d'elle-même la désignation d'une prétendue experte pour voir comment les enfants vivaient avec leurs deux parents. Je précise qu'avec mon ex-femme nous laissions aux enfants le choix du parent chez qui ils allaient dormir le week-end ou pendant les vacances. La seule chose que je souhaitais, et nous étions d'accord là-dessus, c'était que les enfants habitaient avec moi durant la semaine où il y avait cours, notamment pour pouvoir les aider dans leurs devoirs. Nous n'avons jamais eu besoin qu'une personne extérieure vienne nous dire comment nous organiser entre nous.

Il y a tout de même eu une visite d'une experte désignée par le tribunal, et que nous n'avions pas demandée. Quand cette personne est venue à notre domicile, je n'ai répondu qu'en survolant ses questions. Ma femme et moi lui avons répété que nous n'avions pas besoin d'elle. Toute seule, cette femme s'est emballée, s'est fâchée et nous a quitté en claquant notre porte.

Elle a rendu un rapport en avril 2013, soit 4 mois après ma « visite » au parquet d'Aix, dans lequel elle a fait figurer une mention hallucinante, et en tout cas qui ne provient ni de mon ex-femme, ni de moi :

fausse déclaration Camail

C'est hallucinant pour moi de lire toutes ces affabulations. D'abord ce n'est que depuis 2012 que je prétends que le rapt n'a jamais existé, tandis que mon épouse quant à elle maintient que le rapt a eu lieu. On a donc là un troisième version, qui correspond à celle du parquet ou du gouvernement. Ensuite quelle serait cette stupidité selon laquelle j'aurais découvert une arnaque mais j'aurais quand même voulu payer ?

Je reconnais là la patte de ces gens du parquet qui essaient d'inventer je-ne-sais-quoi à propos de l'extorsion, de faire croire qu'il n'y en a pas eu...

 

Une recherche débouche sur la franc-maçonnerie

J'ai cherché sur le Net des informations sur cette Jacqueline Camail. Et rapidement je suis tombé sur message laissé sur un forum d'une autre personne qui s'en plaignait et qui mentionnait cette experte comme liée avec le milieu franc-maçon qui règne dans les juridictions aixoises.

Ce message a depuis été censuré, car il indiquait clairement le nom de plusieurs juges en plus de l'experte.

La mention de la franc-maçonnerie à propos de cette experte et du parquet n'est pas très importante, car on peut se douter de certaines communications entre ces services.

En revanche, cette mention m'éclaire par rapport à la fabrication du faux recommandé et à la sanction du Conseil général à mon égard.

J'insiste pour que ce réseau disparaisse des cours de justice où il n'a pas sa place.

Malheureusement ce n'était qu'un début, et l'année suivante, en 2014, ils vont monter d'un cran pour m'attaquer.

 

 

Pour aller plus loin...

<< 3 – Une policière me menace de prison, moi, victime
>> 5 – Piège : on défonce ma porte puis la police tente de m'envoyer chez un psychiatre